samedi 10 janvier 2009

La fatigue du corps humain.



Sujet Travaux Personnels Encadrés 2009

1ère S









Pourquoi le corps humain se fatigue-t-il?










PLAN :












Introduction



Interview d'un médecin sportif et d'un pharmacien exerçant dans l'industrie pharmaceutique.

I. LA FATIGUE PHYSIQUE

A) LE SURCROIT D'EFFORT

B) LE MANQUE DE SOMMEIL
C) LA MALADIE

D) LE FACTEUR AGE

II. LA FATIGUE PSYCHIQUE

A) LE "STRESS"
B) L'ANXIÉTÉ

C) LA DÉPRESSION

III. LA FATIGUE CHRONIQUE


A) LE "MAL DU SIÈCLE"

B) DES REMÈDES MULTIPLES



Conclusion

Documentation











INTRODUCTION









De nombreuses définitions ont été données selon que l'on s'adresse au registre du physique, du psychique, d'un organe ou d'un organisme. Cela témoigne de la difficulté à appréhender ce sentiment dans ses origines.


-Dictionnaire Larousse : sensation pénible causée par l'effort.

-Dictionnaire Robert : état résultant du fonctionnement excessif d'un organe, d'un organisme, qui se traduit par une diminution du pouvoir fonctionnel et d'une sensation pénible qui l'accompagnent.

-Dictionnaire Quillet : diminution objective des performances d'un organe tel que le muscle après un fonctionnement intense.

La fatigue du corps humain est à la fois un phénomène naturel et un phénomène de société. Elle touche aujourd'hui 10 à 20% de la population de notre société moderne. Le motif "fatigue" représente pour la France plus de 65000 consultations médicales par an, soit 1 à 3 % du nombre des consultations. La fatigue est parfois la conséquence d'un surmenage sportif ou professionnel, d'une maladie générale (diabète, cancer), mais dans de nombreux cas, il est difficile de trouver une cause précise et le médecin est quelquefois démuni devant une fatigue isolée du corps : est-ce un problème de santé, une dépression ? Ou le stress, les soucis ?
Par le biais de ce TPE nous allons répondre à la question :"Pourquoi le corps humain se fatigue-t-il?". Afin de présenter ce sujet, nous avons réalisé des interviews filmées de passants dans la rue pour recueillir l'opinion publique. Nous avons aussi conduit un entretien auprès de deux spécialistes du corps humain pouvant nous apporter un éclairage plus scientifique sur la question. Ces informations complètent notre travail de recherche que nous avons réalisé principalement grâce à des documents scientifiques ou documents d’informations recueillis sur internet ou dans des ouvrages spécialisés.



INTERVIEW

Interview réalisée auprès de deux personnes du domaine médical:


- un médecin, Dr Restoux médecin généraliste exerçant dans les Yvelines, au Vésinet, médecin d'une équipe de rugby, professeur à la faculté de Paris V

- un pharmacien, Dr Gerbeau travaillant dans l'industrie pharmaceutique sur des domaines thérapeutiques très variés, docteur en pharmacie, université Paris XI




1 Quelles sont les causes de la fatigue du corps humain ?

La fatigue du corps humain se manifeste de diverses manières: Musculaire, morale ou psychologique, voire fatigue générale.
La fatigue résulte de plusieurs causes:

-physiologique: accumulation d'efforts (physique-le sport par exemple, ou psychique)
-la maladie qui peut être de différents ordres:
*organique: maladies infectieuses, métaboliques, dégénératives, toxiques, carentielles,....)
*fonctionnelle: maladies psychiatriques comme la dépression due à des évènements extérieurs ou à des désordres métaboliques, des troubles chrono biologiques du sommeil (jetlag-dû au décalage horaire, travail de nuit-gardiennage, gardes de nuit du personnel hospitalier, insomnie-suite à des problèmes de travail, de famille,....

2 Comment peut-on remédier à la fatigue ?













Selon le type de fatigue, les traitements sont très variés.

Néanmoins, le capital sommeil est le meilleur moyen de remédier à la fatigue.
Il est en revanche parfois nécessaire de prendre des décisions de traitement pour pouvoir faciliter un retour à un état normal; par exemple, des traitements médicamenteux, des séances de relaxation, des massages, sans oublier que l'activité physique à dose moyenne, et selon l'état des individus permet d'améliorer tout état de fatigue, par exemple la marche d'autant plus si elle se pratique dans un cadre calme et agréable.

3 Est ce que les produits comme le tabac, l'alcool, la drogue,...ont un impact sur la fatigue du corps humain ?

L'ensemble de ces produits sont toxiques pour le corps humain, et source de dégénérescence de certains organes, qui vont affaiblir l'individu, tant sur le plan musculaire, que moral, pouvant même provoquer de plus une agressivité engendrant de ce fait une fatigue nerveuse supplémentaire.
Le plus dangereux, c'est que certaines drogues, comme l'alcool, les dopants, peuvent faire oublier dans un premier temps la fatigue, mais sur le plus long terme est source de destruction du corps humain, entrainant une fatigue intense.














C'est pourquoi, il est capital pour les sportifs par exemple de bannir tout alcool, tabac, ou toute autre drogue qui mettrait en danger toute performance possible, et qui pourrait faire oublier la fatigue, et de ce fait poussant les individus à une supère performance non contrôlable. Parfois les drogues peuvent exacerber le génie des musiciens, des écrivains, mais la dégradation physique et la dépression seront malheureusement source de fin de vie bien pénible.


4 Quels sont les différents types de fatigue les plus courants ?

Les types de fatigue les plus courants sont de différents ordres:

-la fatigue musculaire essentiellement liée à une pratique intensive du sport. Cette fatigue est d'autant plus marquée qu'elle est liée à une pratique intensive et de façon occasionnelle, provoquant des efforts ponctuels pour un corps non habitué à l'effort.
-la fatigue nerveuse, le plus souvent provoquée par un manque de sommeil, qui peut être dû à des prises de médicaments perturbant l’endormissement ou des réveils nocturnes, ainsi que par des évènements particuliers comme les problèmes familiaux, les époques de chômage,…













5 Est ce que la fatigue peut devenir dangereuse pour le corps humain ?

La fatigue peut devenir dangereuse.
Il ya en effet des limites à ne pas dépasser.
Une fatigue musculaire démesurée peut aboutir à des problèmes sérieux, tels qu’une fragilité des articulations, des déchirures musculaires, des problèmes cardiaques graves, pouvant aller même jusqu’à un arrêt cardiaque, comme nous l’avons récemment vécu avec des sportifs de haut niveau, dopés par des drogues qui ne permettaient plus de sentir leur fatigue.
La fatigue psychologique peut aboutir à des dépressions graves pouvant aboutir à des suicides.
La fatigue nerveuse peut devenir dangereuse pour soi même, mais aussi pour les autres du fait d’une agressivité non contrôlable.

6 Quelles sont les parties du corps humain les plus fragiles lorsque nous sommes fatigués ?

Les organes les plus sensibles à la fatigue sont bien évidemment les organes vitaux comme le cerveau qui nécessite une bonne oxygénation nécessaire au bon fonctionnement des neurones permettant le passage de l’influx nerveux qui aboutit à un flux des informations nécessaires à une vie normale de l’individu : intellectuel, contrôle de ses mouvements. Il ne faut pas oublier que le cerveau est l’organe qui contrôle tous nos mouvements.















Le cœur, moteur de notre organisme, est également un organe sensible à toute fatigue, et il est capital de s’assurer de sa bonne oxygénation qui peut être très perturbée lors d’une fatigue importante.

Lorsque nous somme fatigués, tous nos muscles se fragilisent, et il est plus difficile de contrôler ses mouvements.
Il est donc recommandé d’organiser ses activités physiques, en fonction de l’état de fatigue.

7 Est ce que les vitamines sont efficaces contre la fatigue du corps ?

Le corps humain a besoin d’éléments essentiels à son bon fonctionnement : nous pouvons citer entre autre, les acides aminés, protéines, vitamines, glucides,…
Toute carence dans un de ces éléments essentiels à notre vie peut entraîner des modifications de notre état de santé, et entraîner des fatigues spécifiques.
Dans certains cas, un apport supplémentaire en vitamines peut pallier à une carence, mais dans certains cas, une prise de vitamines peut avoir tout simplement un impact psychologique, à savoir que l’individu peut se sentir mieux juste du fait de la prise de vitamines (effet placebo).











Un apport supplémentaire en vitamines, contrôlé médicalement par un médecin peut néanmoins être bénéfique et diminuer la fatigue, surtout pendant les époques de grand froid.

8 Est-ce que le stress peut nous fatiguer ?

Le stress est un facteur de fatigue important, et il est impossible le plus souvent de gérer cette fatigue liée au stress.
Le seul moyen est de traiter la cause, à savoir le stress.
Un changement de vie professionnelle par exemple peut faciliter la diminution du stress : par exemple, diminuer les voyages à l’étranger, ne plus accepter des postes à management très stressants,…











Le stress est entre autre un des facteurs qui fatigue les étudiants avant les concours.
En revanche, un stress non démesuré et bien géré permet de maintenir un certain niveau de pression nécessaire avant des épreuves sportives et intellectuelles, mais ce stress générera une fatigue après l’effort qui sera normalement bien gérée après un certain temps de sommeil.

Le stress est considéré néanmoins comme une mauvaise fatigue, car il a un impact sur la tension artérielle, et est donc un facteur de destruction des vaisseaux.

9 Est ce que la température extèrieure peut avoir un impact sur la fatigue et pourquoi ?

La température extèrieure peut avoir un impact sur la fatigue.
En effet, des écarts de température sont consommateurs d’énergie, et il est donc capital de gérer son corps différemment selon les températures.
Par exemple, de très fortes températures nécessitent une hydratation importante permettant une bonne vascularisation des muscles et de tous les organes vitaux.
Pendant les périodes de froid, il est également capital de s’assurer que nos muscles soient bien préparés à l’effort physique, par un échauffement adapté par exemple, mais aussi par une nourriture plus riche en sucres et en lipides apportée au cours des repas. En effet, les lipides sont nécessaires à la protection de nos organes. Ce qui est important, est de ne pas en apporter en excès.
Le froid est également, très souvent un facteur de dépression, donc de fatigue. Il est donc important de s’entourer d’éléments essentiels pour lutter contre cette fatigue, entre autre pour les personnes plus âgées.

10 Pourquoi la maladie fatigue notre corps ?

Tout d’abord, il faut distinguer plusieurs types de maladies : les pathologies aigües et chroniques. Aigüe, c'est-à-dire épisodique, en période de crise, généralement au pic de la douleur, et chronique, à savoir que la maladie s’installe sur la durée, voire toute la vie.
Cette distinction est très différente car très souvent, sur les pathologies chroniques, les individus gèrent leur maladie, organisent leur vie autour de leur maladie, alors qu’en période de crise, le corps n’est pas habitué et souffre d’autant plus.
Tout ceci est bien évidemment individu dépendant, c'est-à-dire que chaque individu réagit à sa manière, ce qui signifie qu’i n’y a pas de vérité reproductible sur tous les individus.
Il faut retenir que la maladie de toute façon fatigue le corps humain, son corps, son esprit, et que sur la durée, l’épuisement peut se révéler être fatal.
Notre organisme est une véritable usine, produisant des hormones, des enzymes, et notre système de défense antigène/anticorps combattant ainsi la maladie entraine une consommation d’énergie très importante pouvant donc nous amener à une très grande fatigue. De plus, tous les médicaments pris au cours de certaines pathologies sont parfois source d’épuisement physique et moral.
De plus, l’état initial des individus joue un rôle important dans la fatigue lors de l’apparition d’e la maladie.

11 Pour mieux comprendre, pourquoi la maladie peut nous épuiser ?

C’est difficile de répondre à cette question. Notre corps est si complexe !
De manière très simpliste, il faut savoir que la maladie est destructrice de cellules qui sont source de vie et de développement, et que lorsque notre organisme se défend d’agressions extérieures, virus, bactéries,….il y a une réaction consommatrice d’énergie qui va épuiser l’individu. Sans rentrer dans les détails de certaines maladies très lourdes, les médicaments qui traitent certaines maladies sont en revanche pourvus d’effets secondaires qui peuvent détruire une partie de nos facultés physiques et mentales.




I) LA FATIGUE PHYSIQUE



A) LE SURCROIT D'EFFORT


C'est la fatigue la plus saine et la moins dangereuse pour l'organisme c'est celle du sportif après un marathon, une course de voile, un tournoi de tennis ; en somme, un effort physique intense.




















Nous avons tous fait l'expérience de cette sensation pénible après un effort inhabituel.
La fatigue musculaire est due aux facteurs suivants :

-une utilisation accrue de glycogène, qui peut susciter un état d'hypoglycémie.

-une perte importante d'eau (déshydratation) et d'électrolytes, par la sueur, entraînant une forte baisse du volume sanguin.

-une baisse du pH sanguin.

-des lésions microscopiques des fibres musculaires. La fatigue est le résultat de tous ces phénomènes, en particulier dans les efforts de longue durée (marathon, cyclisme, natation).


Pour la fatigue musculaire ou fatigue de l'effort, le chercheur André Pichot a mis au point un test capable d'évaluer le niveau de fatigue d'un sujet au test. Voici le test :

Parmi les huit propositions suivantes, déterminez celles qui correspondent le mieux à
votre état en affectant chaque item d'une note entre 0 et 4:

(0 = pas du tout; 1= un peu, 2 = moyennement, 3= beaucoup, 4 = extrêmement)

- Je manque d'énergie................................................. 0 1 2 3 4
- Tout demande un effort........................................... 0 1 2 3 4
- Je me sens faible à certains endroits du corps......... 0 1 2 3 4
- J'ai les bras ou les jambes lourdes .......................... 0 1 2 3 4
- Je me sens fatigué sans raison................................. 0 1 2 3 4
- J'ai envie de m'allonger pour me reposer.................. 0 1 2 3 4
- J'ai du mal à me concentrer .................................... 0 1 2 3 4
- Je me sens fatigué, lourd et raide ........................... 0 1 2 3 4

Un total supérieur à 22 signale une fatigue excessive.
Ce test n'est qu'un diagnostic préliminaire à un examen auprès d'un médecin. Mais il peut donner des indications à celui-ci, sur les causes de la fatigue du corps du patient. Effort physique ou peut être d'un manque de sommeil.



B) LE MANQUE DE SOMMEIL

On ne fera pas état ici de narcolepsie, qui est une maladie rare associée à des accès de sommeils inopinés, mais au contraire de manque de sommeil provoquant la fatigue de notre corps.
en effet, le sommeil a pour fonction de reposer le corps (fatigue physique) et l'esprit (fatigue psychique).C'est d'ailleurs l
a fatigue "du corps" qui nous endort.
Pendant le sommeil, le corps se "répare" de l'activité diurne (activité durant le jour). Cette réparation du "corps" se fait surtout dans la première partie de la nuit.

Il apparait donc que le capital sommeil est la base de notre tonicité physique et de notre humeur.

Par exemple, les sportifs de haut niveau sont toujours isolés de leur environnement habituel avant des compétitions très importantes, et ont obligation en plus d’un régime alimentaire adapté, de disposer d’une quantité de sommeil et de repos contrôlée
.
Le corps humain fonctionne selon un cycle ou rythme de périodes d'éveil et de périodes de sommeil, et il préfère conserver le même rythme autant que possible. De façon générale, une personne a besoin de sept à huit heures de sommeil ininterrompu pour reconstituer ses facultés cognitives et physiologiques. Un minimum de deux heures de sommeil "de haute qualité" serait requis pour pouvoir rester vraiment alerte. Ce sommeil de haute qualité doit se prendre idéalement dans le noir et dans le calme, et sans interruption.




Prenons également l’exemple des étudiants: même si l’étudiant doit passer des concours difficiles nécessitant donc un travail très important, il sera vital pour lui d’équilibrer sa vie avec une bonne hygiène et donc un sommeil suffisant. Par manque de sommeil, ses capacités mentales seront diminuées.

Beaucoup de métiers sont également perturbateurs du sommeil : à titre d’exemple, les médecins et infirmières de garde dans les hôpitaux, les marins qui partent plusieurs jours en mer, les chauffeurs de taxis de nuit, les personnels navigants et les pilotes de lignes…


La fatigue accumulée est souvent impossible à récupérer en peu de temps, et comme bien d’autres métiers, le travail de nuit qui va nécessiter de dormir le jour ne produira pas les mêmes effets de récupération.



De plus en plus d'individus sont toujours fatigués dès le réveil, et des troubles du sommeil amènent un patient sur cinq à consulter un médecin pour se faire prescrire des somnifères.
En revanche, les somnifères prescrits ne contribuent toutefois en rien à soulager les insomniaques dont ils ne font qu'occulter le symptôme. Leur consommation répétée peut entraîner la suppression des cycles de rêve indispensables.

Le sommeil permet à notre organisme de se régénérer, de se guérir et de se détendre.




Une mauvaise hygiène de vie nous empêche également de dormir. Par exemple, une consommation exagérée de café, d’alcool, ou de tabac, favorise les troubles cardio-respiratoires, les maladies infectieuses, les tumeurs.

Le manque de sommeil va engendrer un affaiblissement du système immunitaire, d'où une vulnérabilité accrue à divers symptômes et maladies, une diminution des ressources physiques et mentales, la perte de faculté de concentration et l'apparition de symptômes de fatigue et de vieillissement, un fléchissement de l'énergie, de la créativité et des réflexes, des effets négatifs sur le système endocrinien, etc.


Moins on dort et plus le niveau de cortisol s’élève, entraînant des dysfonctionnements psychiques et métaboliques comme la perte de mémoire et le diabète.

Il est donc important de veiller à maintenir son capital sommeil qui va faciliter nos conditions de vie, permettant de maintenir et développer nos facultés physiques et mentales.



C) LA MALADIE



Le médecin, devant une fatigue persistante, posera un certain nombre de questions au patient et pratiquera un examen clinique pour rechercher une éventuelle maladie : infectieuse, cardiaque, digestive, pulmonaire, hormonale. Il recherchera aussi un trouble du sommeil, de l’alimentation, une carence vitaminique.

La consultation est menée différemment selon l’âge, le sexe, les habitudes de vie du patient : par exemple, chez l’enfant, le médecin pense volontiers à une maladie infectieuse infantile ou une infection chronique de la sphère ORL ou des poumons ; chez les adultes, la consultation est orientée différemment.


Le dysfonctionnement d'un ou plusieurs organes (coeur, reins, foie etc...) peut générer ou accentuer la fatigue. Cependant, quelques maladies sont reconnues pour débuter par une fatigue isolée.

On ne traitera pas ici de toutes les maladies provoquant de la fatigue mais on pourra tenter de parcourir certaines d’entre elles.

La fatigue hormonale

La fatigue peut être d'origine hormonale. En effet, les hormones ont des actions qui diffusent à l' ensemble des cellules de l'organisme, dont les muscles et le cerveau. Le médecin procède à un examen clinique qui l'oriente vers la glande responsable que des bilans sanguins confirment. Les hyper ou hypo fonctionnements sont responsables de la fatigue. En bref, soit la glande travaille trop, soit pas assez. Parmi ces glandes, on trouve : l' hypothalamus, l' hypophyse, la thyroïde et la parathyroïde, les glandes surrénales, le pancréas, les ovaires ou les testicules selon le sexe du patient.
L’exemple des maladies de la thyroïde montre qu’elles peuvent conduire à un manque (hypothyroïdie) ou au contraire à un excès d'hormones thyroïdiennes (hyperthyroïdie). En cas d'hypothyroïdie, par exemple, le manque d'hormones entraîne une baisse de la température et un ralentissement des fonctions. Les principaux symptômes sont: battement faible et lent du cœur, faiblesse musculaire et fatigue constante.


L'obésité

L'obésité peut accroitre la fatigue Elle est un symptôme qui a des causes très variées. Les personnes obèses ou en surpoids n’échappent pas aux causes de fatigue commune. Un certain nombre de maladies associées à l’obésité peuvent être source de fatigue. C’est le cas du diabète, de l’hypertension artérielle, du syndrome d’apnées du sommeil.







Le Cancer

Cancer et fatigue du corps sont liés, cette maladie met en jeu le système immunitaire et crée des phénomènes inflammatoires. Par ailleurs, les traitements (chirurgie , radiothérapie ou chimiothérapie) sont tous très fatigants voire asthéniants.

- la fatigue est profonde, intense, multiple, psychique, sexuelle, et physique.

-les examens biologiques standards montrent une inflammation anormale. La fatigue chez les patients cancéreux peut être attribuée à de nombreux facteurs. Des changements tels qu'une perte de poids, des troubles du sommeil, la douleur, l'inactivité ou le chagrin émotionnel peuvent engendrer l'asthénie. Cependant, l'anémie est l'une des causes majeures de la fatigue. L'anémie s'explique par le nombre insuffisant de globules rouges sanguins pour assurer un apport suffisant d'oxygène dans le corps. L'oxygène, véritable énergie pour le corps, est véhiculé par une substance appelée hémoglobine (abréviation: Hb). L'Hb, à son tour, est transportée par les globules rouges. L'anémie survient généralement lorsqu'un sujet présente une quantité trop faible de globules rouges ou un taux trop faible d'Hb dans le sang.





D) LE FACTEUR AGE



La fatigue est plus courante lorsqu'on vieillit. Elle peut être due a une saumatopause. La somatopause est un terme employé par certains médecins comme les gériatres (médecins spécialistes de la vieillesse) qui exprime une diminution des sécrétion de GSH ( petite protéine naturelle qui protège les cellules, les tissus et les organes contre la maladie, le vieillissement et le cancer), avec l'âge. Or il est prouvé que ce taux diminue dès la quarantaine.

Les signes de somatopause liés a l'âge sont:

-Diminution de la force musculaire par fonte des muscles;

-Augmentation de la masse grasse au niveau du ventre

-Diminution de la capacité à réaliser des exercices physiques et de l'endurance : on court moins vite et moins longtemps;
-Tendance a l'ostéoporose (maladie caractérisée par une fragilité excessive du squelette, due à une diminution de la masse osseuse et à l'altération de la microarchitecture osseuse).



Nous avons vus que la fatigue physique peut être due à un surcroît d'effort, un manque de sommeil, à une maladie ou bien à l'âge. Celle-ci peut aussi être accrue par une mauvaise hygiène de vie (tabac, alcool, drogues...).

Il existe d'autres formes de fatigue que la fatigue physique, la fatigue psychique en est une autre.






II) LA FATIGUE PSYCHIQUE


A) LE "STRESS"

Le stress fait beaucoup parler de lui, mais nous ne connaissons pas toujours sa définition, ni son origine. Le stress est à l’origine d’un évènement particulier que nous allons vivre, ou que nous avons vécu. Ces évènements peuvent tout aussi bien être d’ordre personnel que professionnel. Par exemple, la maladie d’un proche, le licenciement, les longues périodes de chômage qui entrainent une vie financière peu claire, les concours, les compétitions sportives, les embouteillages,…





Chacun dispose de sa propre façon de réagir au stress mais il s'agit toujours d'un ensemble composé des symptômes suivants, certains étant prédominants chez un individu donné : -accélération du rythme cardiaque,
-élévation de la pression artérielle,
-respiration plus rapide,
-libération d'hormones, comme par exemple le cortisol et l'adrénaline, des hormones ayant un impact direct sur nos organes, nos émotions, nos humeurs, et donc notre fatigue psychique.


On doit l'idée de stress à un chercheur canadien, Hans Selye, qui, le premier, a décrit le stress ou " syndrome général d'adaptation " dans les années 1930.

Selon les travaux de Hans Selye et de ses successeurs, le syndrome d'adaptation se développe en trois phases dont l'une d'elles impacte directement la fatigue du corps.

La réaction d'alarme : c'est la phase initiale, où apparaissent les premières réactions à l'agression. Chez l'homme, la réaction d'alarme est bien connue : le cœur s'accélère, la respiration est courte et rapide, et il y a des modifications de la répartition du sang dans l'ensemble de l'organisme.

Le stade de résistance : le corps est bien adapté à l'agression, par exemple lorsque celle-ci est permanente (froid).

Le stade d'épuisement : C'est ici que le stress occasionne une fatigue du corps. Le corps est débordé par le stress si celui-ci persiste. L'individu tombe malade ou meurt parce que ses capacités de résistance sont débordées. Le cas d'un montagnard peut ici être cité: Il est égaré en montagne et il fait de plus en plus froid. La première phase est la réaction d'alarme : il pourra sauter sur place, bouger, le sang va se redistribuer dans l'organisme pour irriguer en priorité les viscères. Puis s'installe la phase de résistance : le montagnard va tenter de résister au froid, mais le sang se retire de plus en plus des extrémités et des membres pour irriguer surtout les organes nobles (cerveau, cœur). Enfin, arrive la phase d'épuisement : le corps ne résiste plus au froid, la température centrale s'abaisse et l'individu peut mourir si les secours n'arrivent pas. Les contraintes externes hostiles de cet exemple en montagne vont être amplifiées par le facteur stress. En effet celui ci,
déclenche une cascade de sécrétions hormonales et de réactions nerveuses complexes impliquant différentes structures du cerveau qui envoient des « informations » appelés neurotransmetteurs à notre corps.
Au début de la période de stress pendant la phase adaptative l'individu va mobiliser l'énergie nécessaire pour faire face à la situation critique.

Lorsque le stress devient chronique le taux de cortisol remonte à des niveaux extrêmement dangereux entraînant des dégradations non seulement psychologiques mais aussi physiques qui accélèreront la fatigue et réduiront la résistance.

Le stress entraine bien une forme de fatigue psychique.
Il semble difficile de contrôler le stress et donc son impact sur la fatigue du corps.
Certains médicaments existent, type bêta bloquant (produits qui ralentissent le rythme cardiaque et la pression artérielle) sont pris par des sujets sensibles au stress afin de diminuer les phases de celui-ci qui peuvent entraîner fatigue du corps et défaillance.
Dans tous les cas, un stress chronique nécessite une vraie prise en charge médicale et un suivi thérapeutique bien contrôlé.



B) L'ANXIETE





Le navigateur Jean le Cam a chaviré au large du cap Horn le 6 janvier 2008 pendant la course du Vendée Globe. On peut imaginer aisément qu'en plus de la fatigue physique, s'ajoute une fatigue psychique liée à l'anxiété provoquée par l'état d'insécurité dans laquelle s'est trouvé le marin.

L’anxiété et la dépression sont deux troubles qu’il n’est parfois pas évident de différencier et que certains pourraient confondre. En effet, certains signes sont communs à ces deux troubles, comme la tension intérieure, les troubles de la mémoire, les troubles du sommeil. De plus, anxiété et dépression sont souvent associées.

Cependant, ce sont deux notions bien distinctes, et nous tenterons d'évoquer en premier lieu l'anxiété.

Le patient atteint de trouble anxieux généralisé, a énormément d’attentes, mais ces attentes génèrent de l’angoisse. Il est inquiet, anxieux, hypervigilant et éprouvera une fatigue importante. De même, il aura du mal à s’endormir car il ressassera tous les évènements de sa journée.

L'anxiété est une sorte de tension nerveuse qui nous met dans un état d'insécurité d'hypervigilance, d'inquiétude, de crainte, d'agitation, de difficulté de concentration. L'anxiété est un phénomène banal et fréquent lors de certains évènements : l'étudiant qui attend ses résultats, le patient qui va être opéré, le sportif avant sa course, ou vis-à-vis de certaines situations : risque d'accident ou accidents, risque d'échec, danger immédiat. Par contre, quand l'anxiété survient pour des évènements mineurs et/ou qu'elle est disproportionnée, elle entre dans le domaine du pathologique.





L’anxiété, quand elle devient trop importante, peut entraver la vie quotidienne. Il faut donc parfois mettre en place un traitement adapté. De plus, l’anxiété généralisée pourrait dans certains cas faire le lit d’une dépression. Un argument supplémentaire pour la traiter.

Parmi les traitements pour soigner l'anxiété et les symptômes de fatigue qu'elle peut générer, les spécialistes peuvent prescrire certains médicaments. Aujourd’hui, les professionnels de la médecine disposent d’ailleurs d'une gamme importante de produits servant à réduire les symptômes de l’anxiété. L'administration de ce genre de produits peut s’avérer dangereuse et doit être prise en charge par un médecin ou, préférablement, un psychiatre.

Il existe aussi d'autres méthodes ou traitements pour réduire l'anxiété et la fatigue qui peut en découler. La thérapie cognitive comportementale (TCC) est le moyen le plus courant pour traiter l’anxiété. Le but de ce genre de thérapie est de diminuer progressivement les peurs, phobies et obsessions, et rendre le sujet à une vie normale.

Autres stratèges de traitement; la médecine traditionnelle chinoise telle que l'acupuncture peut donner certains résultats bénéfiques en régulant la sécrétion de sérotonine nécessaire à l'organisme réduisant ainsi les troubles anxieux.

Nous avons vu que l'anxiété est facteur de fatigue. Parmi les troubles du sommeil qu'elle peut entrainer, l’apparition d’insomnies matinales chez un sujet anxieux est d'ailleurs un bon signe de passage à la dépression.



C) LA DEPRESSION





Voici un extrait que ce que contenait un forum médical traitant de la dépression et de la fatigue.
"Bonjour à tous.Je suis en dépression et je ressens une immense fatigue. Est ce votre cas également? Ressentez vous une asthénie tellement intense qu'elle vous empêche d'aller travailler?"

En psychiatrie le terme dépression désigne une maladie pour certains, ou un syndrome pour d'autres, qui se manifeste par un état mental caractérisé par une lassitude importante, une dépréciation de soi, un pessimisme qui entraînent des perturbations importantes dans les rapports psychoaffectifs.


Nous avons évoqué le cas de l'anxiété plus haut ayant beaucoup d'attentes.
Le "dépressif " au contraire de "l'anxieux" n’a plus d’attente, il a tendance à se dévaloriser et ses idées sont plutôt ralenties, ce qui gène sa concentration. Il se réveille le matin déjà fatigué, et sa fatigue tend à diminuer dans la journée. S’il a des insomnies, c’est plutôt en fin de nuit.


La dépression se traduit par un fléchissement du tonus psychique. Au delà de l'humeur triste ou pessimiste, la fatigue est permanente. Le déprimé a du mal à faire des projets. Toute action, même plaisante, lui demande un effort. Il fait les choses plus lentement qu'à son habitude. Sa pensée est également ralentie ou inefficace, sa concentration mauvaise, sa mémoire déficiente.
Les fonctions vitales sont altérées. Le sommeil est habituellement fractionné, moins reposant, mais il peut aussi être envahissant avec des accès de sommeil dans la journée. L'appétit est modifié, le plus souvent avec une anorexie, mais parfois avec des accès de boulimie.

C'est une maladie fréquente, qui affecte presque 20% des gens au cours de leur vie, et qui marque une rupture avec le fonctionnement psychologique habituel du patient. Le risque le plus dangereux de cette pathologie est le suicide, en particulier quand elle n'a pu être détectée et prise en charge.




Il ne faut pas confondre la dépression avec le "coup de blues" ou la "déprime" qui traduit une tristesse passagère, normale dans une situation difficile.

Le terme dépression possède une signification ou classification différente en psychopathologie et en psychanalyse, où il décrit un processus psychique douloureux lié à une perte sans être nécessairement pathologique. 10 % des Français présentent des signes de dépression.


Il y a différentes dépressions :

- psychotique : Elle se caractérise par des délires de culpabilité, de honte universelle, de punition, de damnation, d'appauvrissement mental…

- hostile, agressive : La personnalité change radicalement. Il devient plus agressif, plus impulsif, ses colères sont mal maîtrisées, à des violences soudaines inhabituelles… Cela viendrait du fait que le sujet ne supporte plus l'idée d'être l'objet de remarques blessantes à son égard.

- masquée : Elle se caractérise par une absence de symptômes de l'humeur dépressive. Elles prennent souvent l'aspect d'une douleur atypique, continue, fixée, qui reste malgré la prescription d'antidouleur. Le sujet est souvent inconscient qu'il souffre moralement.

- anxieuse, agitée : Ces sujets courent un risque suicidaire élevé. Contrairement aux caractéristiques courantes de la dépression, l'agitation psychique et motrice est majeure, ils aboutissent à des crises de panique et d'excès de fatigue.

- saisonnière : La dépression saisonnière s'installe à l'automne ou au début de l'hiver et dure jusqu'au printemps. Ses symptômes sont ceux de toute personne dépressive : tristesse permanente, perte d'intérêt générale, troubles de sommeil, perte ou gain de poids, pensées suicidaires. Les symptômes de la dépression saisonnière se distinguent de ceux des blues de l'hiver, lesquels ne nous empêchent pas de continuer à assumer nos activités quotidiennes. Ceux qui souffrent de dépression saisonnière sont très affectés dans leur quotidien, que ce soit sur le plan travail ou des relations.

On retiendra ici que parmi les symptômes liés aux différentes formes de dépression, le plus important d'entre et qui semble toucher toutes les dépressions est celui de l'état de fatigue permanent.

Il existe aujourd’hui trois principales façons de traiter la dépression :

- Les médicaments : Les principaux antidépresseurs sont les IMAO, Tricycliques, SSRI et SNRI. Les SSRI et le SNRI sont les traitements les plus tolérés car ce sont ceux qui ont le moins d effets secondaires. Les Tricycliques et IMAO sont des principes actifs puissants mais ils modifient la concentration d'autres neurotransmetteurs (notamment la monoamine) du système nerveux central et leurs effets secondaires sont plus lourds. Les IMAO imposent des restrictions d'associations médicamenteuses et des restrictions alimentaires, Ils ne doivent en aucun cas être associés aux SSRI/SNRI, cela pourrait entraîner la mort.


- La psychothérapie : Souvent utilisées avec des traitements médicamenteux, la thérapie comportementale et cognitive (TCC), visant à identifier les modèles de pensée négatifs et de fournir au patient des méthodes pour les contrer, est recommandée. La psychanalyse ou la psychothérapie psychanalytique sont des traitements qui visent à appréhender les conflits à l'origine de la dépression.


- La sismothérapie : La sismothérapie vise à reproduire une crise convulsive. Un bref courant est appliqué au niveau d'un ou des deux lobes temporaux. Cette thérapie suscite une controverse, alimentée principalement par le caractère d'apparence barbare de cette intervention lors de ces premières utilisations en psychiatrie avant la deuxième guerre mondiale. Elle reste utilisée mais présente parfois des effets secondaires importants pour le patient : pertes de mémoire et destruction de capacités mentales, qui ont conduit certaines personnes à se suicider. Son indication reste les syndromes dépressifs graves après l’échec de plusieurs traitements médicamenteux.




















III) LA FATIGUE CHRONIQUE







A) LE "MAL DU SIÈCLE"




La fatigue est souvent signe qu'il faut ralentir mais, paradoxalement, il semble que l'inactivité favorise la fatigue chronique.


Reconnu depuis 1994 par l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS), le "syndrome de fatigue chronique" (SFC) est caractérisé par huit signaux principaux, il suffit d'en présenter quatre pendant six mois pour entrer dans le cadre pathologique.


-fatigue persistante non éliminée par le sommeil ;

-faiblesse ou douleurs musculaires ;

-maux de tête (céphalées) ;

-maux de gorge ;

-malaise après l'effort ;

-douleurs diffuses dans les articulations ;

-sensibilité des ganglions lymphatiques du cou et de l'aine ;

-troubles de la mémoire et de la concentration.


Ces symptômes s'accompagnent parfois de vertiges, sensibilité à la lumière et au bruit, difficulté à trouver les mots, problèmes digestifs ou perte d'appétit, intolérances alimentaires,...


On a observé que cette maladie était principalement féminine (trois femmes pour un homme).


Le repos prolongé accroit la fatigue, le système cardiovasculaire-nerveux et musculo-squelettique sont affectés.


Les effets de l'inactivité sur des sujets en bonne santé, ont des nombreuses similitudes avec les effets de SFC. Mitochondries fonctionnelles (partie de la cellule qui produit de l'énergie) et enzymes sont moins nombreuses chez les personnes atteintes de SFC et inactifs.




B) DES REMÈDES MULTIPLES




La fatigue ne se gère pas de la même manière, selon qu’elle est chronique ou passagère causée le plus souvent par une simple maladie de courte durée, un évènement de la vie.

Il y a également la fatigue physique et celle d'origine mentale qui le plus souvent entraine une certaine fatigue appelée aussi lassitude.

Pour combattre la fatigue, il faut connaître son origine et traiter la cause.

Les traitements pour combattre la fatigue vont donc être très différents selon la cause.


remèdes multiples pour fatigue chronique

A la maison
Calmer le rythme, prendre le temps de se poser, de se reposer ; pour un adulte ou un parent, il faut savoir dire « stop » aux enfants, ou au conjoint. Pour les adultes encore, il faut apprendre à déléguer certaines tâches ménagères au conjoint, aux enfants quand ils sont assez grands. Profiter des week-ends pour prendre l’air, pour marcher ou pratiquer un sport.
La pratique d’une activité physique régulière permet de se défouler et de prendre un peu de temps pour soi.


Au travail ou à l'école
La pression et le stress dans la vie scolaire ou professionnelle, l'excès de travail, les repas sautés, … engendrent la fatigue du corps humain. Certaines grosses sociétés commencent à se rendre compte que ces employés « modèles » s’usent prématurément. Aujourd’hui, certaines d’entre elles modifient leur politique et tentent d’équilibrer les temps de travail et de repos de leurs salariés.

La gestion du sommeil:
Les nuits sont faites pour dormir ! Quand le travail est diurne, il faut dormir un certain nombre d’heures la nuit. Les individus n'ayant pas les mêmes résistances à la fatigue, certains ont besoin de quelques heures pour récupérer, d’autres resteront épuisés s’ils n’ont pas leurs 9 ou 10 heures de sommeil.
En cas d’insomnies rebelles, avec des difficultés d’endormissement ou un réveil au milieu de la nuit avec l’impossibilité de se rendormir, il faut tenter de retrouver un rythme normal, si des médicaments sont prescrits ils ne doivent être pris que pendant quelques jours.

Contrairement aux fatigues physique et psychique, la fatigue chronique ne se remédie pas avec le sommeil. Au contraire, plus le sujet a la fatigue chronique dort, plus il est fatigué. Cela constitue le paradoxe de ce mal.













Conclusion



La fatigue est souvent due au rythme de vie, à un mauvais sommeil, de stress au travail, à la maison, ou des maladies.
Il est normal d’avoir des moments de fatigue dans la vie. Quand elle est habituelle et qu’elle diminue la qualité de vie, il faut aller voir un médecin qui recherchera une cause médicale à cette fatigue. Presque toutes les maladies sont la source de fatigue; celle-ci se prolonge pendant la convalescence et il faut se reposer. La fatigue peut aussi être analysée de différentes manières qui varient selon les cultures et les pays.



Par exemple, la médecine chinoise apporte une autre définition de la fatigue. Cette dernière résulterait d'un déséquilibre de l'energie soit dans sa producton soit dans sa circulation. On distingue deux aspects différents de cette énergie: Le Ying ( énergie vitale donnée par la naissance, c'est notre capital énergétique.) et le Yang ( énergie acquise issue de l'activité respiratoire et du métabolisme digestif).













Documentation


Sources de recherche

FATIGUER, verbe.
http://www.cnrtl.fr/definition/fatiguer

WIKIPEDIA
http://fr.wikipedia.org/wiki/Fatigue

Gestion du stress en médecine préventive
http://www.medecine-preventive.ch/

Médecine du stress de la faculté de médecine de Lille

http://medecine.univ-lille2.fr/format/du/stress.htm

Traitement de la fatigue liée au cancer. Institut Curie
http://www.curie.fr/upload/hopital/fiches_patient/Fatigue-cancer_ssp.pdf

Les effets de la fatigue et du mal de mer sur les membres des équipes de recherche et de sauvetage en mer
http://www.informationhospitaliere.com/actualite-2482-effets-fatigue-mal-mer-membres-equipes-recherche-sauvetage-mer.html

La fatigue : de la biologie à la pharmacologie Pr. Hervé Allain
http://www.med.univ-rennes1.fr/etud/pharmaco/fatigue.htm

Questions psychosociales Fatigue
http://www.cchst.ca/reponsessst/psychosocial/fatigue.html

De la gestion du sommeil pendant une épreuve d'ultra-endurance.
http://www.depasseur-de-bornes.com/article-24663410.html

Rapport d'étude de la fatigue en aéronautique
http://www.aviation-civile.gouv.fr/html/actu_gd/sfatsecu/fatigue3.pdf

Etude : travail sur écran et fatigue oculaire
http://www.generation-nt.com/etude-travail-ecran-fatigue-oculaire-actualite-9831.html

Le trouble somatoforme douloureux et le syndrome de fatigue chronique,
Professeur Patrice Guex
http://doc.rero.ch/lm.php?url=1000,40,5,20080716103703-BQ/th_se_perez_fuster.pdf

La gériatrie Entretien de juin 2002 avec le Docteur Thierry Guillaume, Interniste-Gériatre au C.H.U Ourthe-Amblève à Esneux.
http://www.lasante.net/metiersante/geriatrie.htm

Le concept de fatigue
http://queau.blogspot.com/2006/08/le-concept-de-fatigue.html

Les causes de la fatigue
http://www.pratique.fr/sante/forme/em24a05.htm

Troubles du sommeil et grande fatigue
http://www.science.gouv.fr/

Pierre Pallardy





"Vaincre fatigue, stress, déprime et proteger son coeur". (Edition pocket evolution)





Mary Burgers





"Réussir a surmonter la fatigue chronique". (Interédition)





Docteur philippe Balard





"Determiner votre type de fatigue et trouvez els solutions adaptées" (Edition J.Lyon)









Remerciements :


Nous remercions les 17 personnes interrogées pendant nos micro-trottoirs ainsi que les docteurs Restoux et Gerbeau pour leur agréable aide et coopération.





video

video